fbpx

Mes trois plus grosses leçons de développement personnel

par | Mar 16, 2018 | 1 commentaire

Pour ceux qui me connaissent, cet article va sans doute un peu détonner mais comme c’est le début d’une nouvelle aventure, je me suis dit que ce serait la bonne chose à faire de vous en dire plus sur moi, et comment à mon niveau j’ai réussi à passer d’une vie où tous les jours étaient une épreuve à une vie d’amour, de kiff et de Beyoncé. Je n’ai pas du tout l’habitude de me dévoiler comme ça même auprès de mes proches donc ça me stresse encore plus de le faire publiquement mais j’espère que ces trois leçons de développement personnel vous persuaderont qu’il est possible de changer, de ne pas rester accroché à vos rancœurs et de vous libérer de ce qui vous freine pour vivre votre vie !

 

J’ai grandi dans une famille recomposée aussi géniale que compliquée où l’amour inconditionnel, le soutien, la joie, les voyages et les rires côtoyaient la dépression, les excès et autres événements pas très funky. Je me souviens d’ailleurs de périodes où ma sœur s’occupait de moi alors qu’elle n’avait que 8/10 ans et moi qui ne calculais absolument rien de ce qui se passait en plein binge de KD2A et de brioches au Nutella. Contrairement à elle, j’ai eu la chance d’être très protégée et de pouvoir conserver ma naïveté et mon enthousiasme pour faire des spectacles et me concentrer sur ma carrière de star quelques années de plus, même si le contrecoup de l’ignorance m’est ensuite vite retombé dessus.

Et puis il y a eu le déménagement de mon père à Lomé quand j’avais 14 ans. Tous les deux mois, les voyages au Togo étaient la bouffée d’air frais de mon quotidien compliqué. Je me souviens de mes premières Pina Colada au Privilège, de rencontres bouleversantes, de traversées du pays pour aller distribuer du matériel scolaire et comment ma vision du monde en avait été chamboulée.  J’avais pour la première fois pris conscience de l’immensité du champ des possibles et compris à quel point j’étais privilégiée alors que j’étais persuadée que le sort s’acharnait contre moi. Et c’est là que j’ai compris pour la première fois et ressenti du fond de mes tripes la leçon la plus fondamentale du développement personnel : je suis responsable des choix que je fais, de la manière dont je choisis de réagir face à ce qui m’arrive et de mon bonheur même dans les situations les plus difficiles.

 

Leçon #1 : je suis responsable des choix que je fais même dans les situations les plus difficiles.

 

Puis poussée par mon envie d’en voir plus, de me donner les moyens de réussir mais surtout parce que je copiais les moindres faits et gestes de ma sœur, j’ai postulé à 15 ans pour un échange d’un an aux Etats-Unis où j’étais persuadée que je me retrouverais à New-York ou San Francisco à coller des photos de mes copines dans mon casier et à danser sur les tables de la cantine avec Zac Efron. Sauf que surprise, je me suis retrouvée dans un village de rednecks de 2000 habitants au fin fond de la Caroline du Sud. Ma famille d’accueil vivait à côté d’un champ de vaches, les casiers de mon lycée étaient fermés pour cause de deal de crack, et les Future Farmers of America avaient plus d’influence que les cheerleaders.  C’est donc en appelant mon père en pleurs pour lui raconter la situation que j’ai pris ma deuxième leçon de développement personnel : rien ne sert de t’évertuer à vouloir changer ce qui n’est pas changeable. Une situation n’est jamais blanche ou noire et c’est à toi d’utiliser ce qui est en ton pouvoir pour en tirer le meilleur. Et tout le temps que tu passes à ruminer où à rester butée sur ce que tu ne peux changer est du temps perdu pour passer de bons moments. Et ça n’a pas manqué, ce fut jusqu’ici la meilleure année de ma vie !

Puis il a fallu rentrer et c’est donc complètement déboussolée avec 10 kilos en plus que je suis retournée au lycée à Saint-Malo. C’était le retour à un environnement familial compliqué -après une année de quiétude- où toute mon énergie passait dans mes tentatives d’apaisement des tensions, à me faire toute petite pour être sûre de ne jamais être une charge supplémentaire et à être dans la négation de moi de la plus totale pour prendre en charge tout ce qui était en mon pouvoir pour limiter la casse. Et c’est à ce moment-là que j’ai totalement perdu confiance en moi et qu’à commencé ma période d’isolement. J’étais sur tous les fronts, je passais ma vie à étudier, j’essayais de perdre du poids, je devais gérer ma famille et je travaillais chez Quick le soir et le week-end pour me payer des voyages et m’échapper dès que je pouvais.

Au quotidien, la seule échappatoire que j’avais trouvé était de me réfugier dans la nourriture, raison pour laquelle j’ai commencé à développer des troubles du comportements alimentaires (TCA) avec des phases de boulimie.  Je m’empiffrais jusqu’à ce que mes angoisses passent, puis s’en suivaient des périodes de jeûnes, des footings de 2h et plus rarement de vomissements pour pallier l’excès. Et un jour, en voyant à quel point j’avais maigri, que mes maux de tête étaient devenus chroniques et que je passais ma vie à me reprocher tous les malheurs de la terre, j’ai pris conscience que ma santé mentale et physique était menacée. Alors retour à la leçon numéro 1, je savais que j’avais le choix, celui de me laisser-aller et d’attendre que ça aille mieux, ou celui de prendre les choses en mains, de partir de chez moi et de me faire soigner.

 

Leçon #2 : tout le temps que tu passes à rester focalisée sur ce que tu ne peux pas changer est du temps perdu pour changer ce qui est possible.

 

C’est donc avec un grand soulagement que j’ai pu opter pour la deuxième solution et reprendre ma vie atypique de Terminale où je vivais seule et salais des frites entre deux épreuves de Bac pour pouvoir m’envoler en Argentine à la fin des épreuves. J’ai ensuite poursuivi mes études en prépa et en école de commerce et mis presque quatre ans à trouver comment en finir avec mes TCA. J’ai continué à travailler dans la restauration en école afin de pouvoir étancher ma soif de voyages et financer mon échange au Brésil. Puis est venu le moment de faire mes premiers pas dans le monde de l’entreprise.  J’avais 22 ans, je venais de décrocher mon premier stage en événementiel d’affaire et j’étais vraiment prête à en découdre. Sauf qu’après trois mois de bons et loyaux services, une boule au ventre de 53 mètres cube et des cernes à faire pâlir d’envie Enrico Macias, j’ai fini par démissionner. J’ai envoyé des dizaines de CV et lettre de motivation pour retrouver du travail sans retour. Puis l’univers à répondu à mes prières et m’a mise sur la route de Stéphane Boukris où j’ai pu découvrir le monde de l’entrepreneuriat et me familiariser avec la voie qui fut finalement la mienne.

A la fin de ce stage, obsédée par l’envie de créer et de montrer à la terre entière que tout est possible, j’ai donc créé l’association The Empowerment House avec quatre amies en parallèle de mon année d’alternance où je me décomposais d’ennui dans l’open-space jour après jour. Puis est venu le moment où il a fallu penser à la suite et décider de ce que je voulais faire à la sortie de l’école. Et là, j’avoue que j’ai badé. Toute l’ampleur de mon inadaptation m’a resurgi au visage et m’a fait prendre conscience du rejet maximal que je faisais de l’entreprise et de l’ignorance de mes goûts, de mes compétences, de qui j’étais et de ce que j’attendais de la vie. Alors pour la première fois, je me suis posé pour un petit rendez-vous avec moi-même qui a été le point de départ de l’Empowerment Lab, du 1to100 Project et de mon obsession du développement personnel, de l’accomplissement de soi et de l’épanouissement.

Leçon #3 : l’épanouissement réside plus souvent dans l’addition de micro-changements internes que dans le chamboulement radical de votre vie.

 

Et cette obsession a payé puisque en deux ans, j’ai donc trouvé ma voie, compris qui j’étais, découvert le sport et la nutrition, retrouvé un poids stable, je me suis affranchie du regard des autres, j’ai appris à gérer mes émotions, à me défaire de mes troubles du comportement alimentaires, j’ai apaisé mes relations avec ma famille, je me suis accepté comme je suis, j’ai dépassé mes peurs et repris confiance en moi, créé deux entreprises, passé ma certification de coach, intégré le Cours Florent, suscitée l’intérêt de journalistes, généré des revenus grâce à ma passion, travaillé avec des gens que j’admire, contribué à la transformation de vie de personnes que j’accompagne, appris à m’affirmer, à ne plus fuir les conflits et à assumer mes idées.

Et c’est pour tout ça aujourd’hui que je voulais partager mon histoire avec vous. Pour vous dire que l’épanouissement réside plus souvent dans l’addition de micro-changements internes que dans des grands chamboulements radicaux. Et pour moi c’est ça vivre sa meilleure vie. Ça n’a rien à voir avec la création d’une société d’Oprah Winfrey, Gandhi et Barack Obama qui dorment 4h par nuit, ne regardent plus la télé, vont au sport 6 fois par semaine et ont arrêté les frites. Mais plutôt apprendre à savoir ce dont vous avez vraiment envie, à apprendre à tirer le meilleur de votre parcours de vie, à arrêter d’anesthésier vos désirs et vos ambitions et surtout d’avoir le courage de sortir du moule bien confortable et molletonné d’une vie en pilote automatique, impersonnelle et subie, pour la troquer contre une existence consciente, qui vous ressemble et vécue avec intention. Alors pour tous ceux qui veulent se lancer, rendez-vous le 22 mars pour le premier atelier du 1to100 Project !

RETROUVEZ-MOI SUR INSTAGRAM, FACEBOOK ET PINTEREST!

HEY THERE !

Moi c’est Charlotte ! J’accompagne avec grand enthousiasme toutes celles et ceux qui souhaitent oublier leurs peurs, trouver leur voie et transformer leur vie.

C’EST CADEAU !

ENVIE DE PASSER A LA VITESSE SUPÉRIEURE ?

POUR PLUS DE POWER, SELF-LOVE ET MOTIVATION :

Pourquoi arrêter le jugement va changer votre vie !

Est-ce qu’il vous arrive souvent de commenter la vie de tout le monde ? De donner votre avis alors qu’on ne vous l’a pas demandé parce que vous êtes convaincus que les autres ont besoin de vos lumières ? De porter des jugements de valeurs sur les gens qui...

Ma semaine de développement personnel à New-York !

Hello tout le monde, J’espère que vous allez bien ! Je suis en ce moment à New-York pour des rendez-vous, tourner des interviews et tester tous les concepts de développement personnel, dance therapy ou feel-good classes que j’avais vu sur des blogs ou...

Trouver sa voie : 7 étapes pour apprendre à vous connaître !

Trouver sa voie n’est pas le parcours du combattant qu’il semble être au premier abord. C’est juste qu’on ne nous a jamais appris la bonne méthode. Parce que c’est vrai qu’entre les normes sociales, les fantasmes, le besoin de sécurité, les aspirations...

Reçois gratuitement la liste des 5 livres qui ont changé ma vie!

Envie de prendre ta vie en main et de faire pleurer tes doutes, tes peurs et ta flemme ? Découvre les 5 livres qui ont changé ma vie et qui changeront peut-être la tienne !

Yaaaay ! Votre cadeau est en route vers votre boîte mail !